Actualité

Expulsion de 30 congolais, le sénateur Bertin Mampaka intérroge la secrétaire d'état Maggie de Block

User Rating: / 3
PoorBest 

Madame la Secrétaire d’Etat,

Un avion civil, affrété par l’agence européenne chargée de la surveillance des frontières (Frontex), rapatriant une trentaine de ressortissants congolais en situation illégale a quitté l’aéroport militaire de Melsbroeck ce dimanche. Parmi ces personnes vingt seraient en séjour irrégulier en Belgique, dix proviendraient d’Irlande, trois de France et une d’Allemagne. Selon la presse nationale ces expulsions concerneraient également une femme enceinte et plusieurs opposants politiques.

Si je ne doute pas que cette opération a été menée dans le respect des normes en vigueur concernant l’accès et l’éloignement du territoire, je m’interroge toutefois sur l’opportunité d’expulser des personnes vers la République Démocratique du Congo.

De nombreuses organisations internationales font état d’une situation d’instabilité inquiétante dans le pays. Si bien que le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a décidé d’y installer une force d’entretien et de maintien de la paix de plus de 17 000 soldats, la MONUSCO, à coup de plusieurs milliards de dollars par mois. Décision qui sera prochainement renforcée par l’envoi de troupes combattantes suite à la rébellion du M23.

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

  • Pouvez-vous m’informer sur les circonstances de cette opération d’expulsion : nombre de personnes expulsées ? Origine ? Situation de séjour ?

  • Dans le contexte budgétaire difficile auquel nous avons à faire face, pouvez-vous m’indiquer le coût de l’opération ? Est-elle entièrement à charge de l’Etat belge ?

  • Des précautions ont-elles été prises afin d’assurer la sécurité de ces personnes dans le pays d’origine ? Avez-vous reçu les garanties qu’elles ne subiront pas des mesures de représailles de la part des autorités du pays ou des rebelles qui contrôlent leur région d’origine ?

  • Enfin, ne pensez-vous que la crise qui touche l’Afrique centrale actuellement justifie la mise en place d’un moratoire sur les expulsions vers les pays de cette région ?

 

Je vous remercie pour vos réponses.

 

Bertin Mampaka

Sénateur cdH

 

 

Rendons justice aux victimes du Congo

User Rating: / 2
PoorBest 

Après Ntaganda, c’est aussi Nkunda et les autres chefs du M23 qui doivent être transférés à La Haye par le président Kagame. La Belgique devrait conditionner la reprise de coopération militaire avec le Rwanda à l'arrestation et au transfert à la justice des autres protégés du Rwanda. Cette situation dure depuis près de 20 ans et doit cesser ! La seule façon de mettre fin à l’impunité, c’est de rendre justice aux victimes de cette rébellion à l’Est du Congo, trop longtemps tolérée et qui s’est aujourd’hui métastasé au Mali, Centrafrique, Côte d’Ivoire, etc.

 

Mais attention, ce ne serait qu’un premier pas dans la bonne direction. Il faut arrêter de croire qu'il suffira d’arrêter quelques criminels de guerre pour mettre fin à des conflits dont l'enracinement social est évident. Il est grand temps de mettre un terme à cette capacité des seigneurs de guerre de recruter aisément dans des populations malheureuses et désespérées. La seule et vraie solution pour que les conflits africains cessent est le développement économique et social de ces pays.

 

Afin de garantir ce développement, l’Europe se doit de soutenir la paix et la démocratie dans l’intérêt des populations locales. Ce faisant, elle gardera une place privilégiée en Afrique dans l’intérêt des deux continents. Par contre, tant qu’elle continuera à vouloir tirer les ficelles dans l’intérêt de quelques groupes, elle ne fera qu’envoyer l’Afrique dans les bras de la Chine et autres puissances mondiales. Il est temps de se rendre compte que ce système ne profite pas à l’ensemble des européens qui font fasse à une crise majeure depuis près de 10 ans. Il est temps que l’Europe considère l’Afrique comme un partenaire et non comme une vache à lait.

 

Bertin Mampaka

Sénateur

 

Le record du monde de Nafissatou Thiam annulé: Bertin Mampaka interpellera le ministre compétent !

User Rating: / 1
PoorBest 

Voila ce qui arrive avec les autonomistes. Un record du monde d’une jeune athlète belge, Nafissatou Thiam, anéanti car les médecins francophones ne peuvent agir en Flandre sans demande préalable ! C’est scandaleux !

 

Je ne compte pas laisser passer cela et vais interpeller le ministre compétent au plus vite. Un jeune doit-il payer le prix fort à cause d’une incompétence administrative. Le comble, c’est que personne ne sera sanctionné…

 

C’est la consécration de l’impunité de l’incompétence de certaines administrations. Il y a de quoi s’inquiéter pour le transfert des compétences à venir.

 

Bertin Mampaka (cdH)

Député au Parlement bruxellois

Sénateur

 

Source photo: www.rtbf.be

 

 

Pour en savoir plus: http://www.rtbf.be/info/regions/detail_nafissatou-thiam-perd-son-record-du-monde-pour-une-histoire-belgo-belge?id=7951459

Bertin Mampaka prête serment au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et au Sénat

User Rating: / 2
PoorBest 

Bertin Mampaka prêtera serment ce mercredi 13 mars à 14h00 au Parlement de Fédération Wallonie-Bruxelles où il remplacera Pierre Migisha. Il fera de même le lendemain jeudi 14 mars au Sénat à 15h00 où il siégera à la place de Dimitri Fourny, devenu bourgmestre de Neufchâteau.

 

Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, il s’investira plus particulièrement en sport et sera dès lors membre effectif de la Commission des Finances, de la Comptabilité, du Budget et du Sport. Au Sénat, il devient membre effectif de la Commission des Finances et des Affaires économiques.

 

Bertin Mampaka, député bruxellois depuis 2004, se bat quotidiennement sur les problématiques liées au logement (allocations de loyer et logements sociaux), à l’environnement (questions liées à l’énergie et aux primes favorisant les constructions) et au sport (développement des infrastructures sportives et accès au sport).

 

De 2004 à 2012, il a été échevin à la Ville de Bruxelles où il était en charge des Sports, de l’Equipement communal, de la Solidarité internationale, de l’Environnement, des Espaces verts et de l’Energie.

41.000 familles en attente d’un logement social : B. Mampaka propose une solution

 

A l'heure actuelle, il y a une certaine incohérence entre les normes qui sont en vigueur dans les sociétés de logement privées et les sociétés publiques ! Prenons l'exemple d'une famille ayant 2 jumeaux de même sexe âgé de plus de 12 ans ; dans les SISP, la famille doit avoir un logement ayant 3 chambres, à contrario, dans les AIS, cette famille pourra obtenir un logement de 2 chambres...

 

Le Député bruxellois Bertin Mampaka (cdH) demande donc une norme identique, et à la hausse, entre les différentes sociétés de logement ! Cela aurait pour impact de dégraisser les listes d'attentes car n'oublions pas qu'au moins 41.000 familles attendent encore un logement dans la Région bruxelloise. "Près de 5.000 familles pourraient accèder à un logement dans un délai très rapide" précise le député bruxellois.

 

Aujourd’hui, une famille de quatre enfants ayant tous plus de douze ans est obligée d’occuper un logement de cinq chambres. Selon les statistiques dont nous disposons, cela limite son champ de possibilités à 335 logements, contre une offre de 8.360 logements de trois chambres pour une famille de deux enfants. Le problème est le même pour les logements à quatre chambres, qui ne représentent que 4% du volume global. "Par conséquent, la durée moyenne d'attente d'un logement social pour une famille nombreuse est en moyenne d'une dizaine d'années. C’est inadmissible !" s'indigne Bertin Mampaka

 

Compte tenu de cette réalité, ces grandes familles en attente d’un logement social adapté se retrouvent obligées de se loger sur le marché

privé. Or, celles-ci étant souvent parmi les ménages les plus précarisés, elles éprouvent les pires difficultés pour trouver un logement adapté à leur composition familiale, accessible financièrement.

 

Par ailleurs, ces familles comptent également parmi les ménages les plus vulnérables. On constate par conséquent qu’elles sont plus souvent sujettes à discrimination dans le secteur privé, ce qui les amène trop souvent à devoir se loger dans des conditions indignes, parfois victimes de marchands de sommeil.

 

"Nous sommes nombreux à estimer qu'il est préférable de se voir attribuer un logement social même petit plutôt que d'être contraint à s’installer dans un logement insalubre ou une maison d'accueil" poursuit le député cdH.

L’assouplissement que propose le député Bertin Mampaka consiste prioritairement en l’alignement de ces normes de la Région bruxelloise sur celles retenues dans le cadre des logements gérés par les agences immobilières sociales. Ce qui permettrait une meilleure cohérence globale des normes appliquées au logement social ou assimilé.

 

 

 

 

 

More Articles...

Facebook Friends