Bertin Mampaka : « Il faut briser le mythe selon lequel le sport d’élite n’est pas conciliable avec le sport de masse. »

 

En 2011, la première édition du « Brussels Open WTA » attire plus de 20.000 personnes. Véritable « Roland-Garros belge », ce tournoi prouve une fois de plus avec une édition 2012 réussie que le symbole de Bruxelles rayonne au-delà de son territoire. Un tournoi au rayonnement international soutenu par la Ville de Bruxelles.


« C’est avec un immense plaisir que nous avons collaboré avec Dominique Monami et toute l’équipe afin que cette deuxième édition soit encore plus réussie que la première. Notre ambition était de faire de ce tournoi un événement bruxellois au rayonnement international. Je pense que nous avons atteint cet objectif » déclare Bertin Mampaka, Echevin des Sports de la Ville de Bruxelles.


« Le Collège était conscient de l’importance d’avoir un tournoi WTA à Bruxelles. Le tennis est réellement en train de se démocratiser. Nous devons soutenir cette tendance. Saviez-vous qu’il n’y a jamais eu autant d’inscrits dans les clubs que quand Justine et Kim étaient au top. Aujourd’hui, rien que du côté francophone, il y a plus de 80.000 affiliés ! Il faut briser le mythe selon lequel le sport d’élite n’est pas conciliable avec le sport de masse. Si les clubs ouvrent leurs portes, il faut juste une raquette et des balles pour jouer au tennis. C’est pourquoi la Ville de Bruxelles se bat pour plus de mixité sociale dans nos clubs. Le sport n’est pas juste un bienfait pour la santé, mais un facteur d’intégration, il permet de brasser les cultures et d’inviter des jeunes de différentes classes sociales, de différents milieux à se rencontrer. Il faut soutenir cela ! » lance l’Echevin des Sports.

 

 

Share this post

Facebook Friends